Les parents

Le métier de parent

A un moment de notre vie de couple,
on se dit « et si nous avions un enfant ? »…

La conception


Quel que soit le temps que nous avons pris pour nous lancer dans cette aventure, lorsque la décision est prise d’avoir un enfant et de devenir parents, nous avons envie que ça aille vite.

C’est déjà à ce moment-là qu’on réalise qu’on ne maîtrise rien, et que nous ne sommes pas égaux face à ce choix. En effet, certaines femmes vont tomber enceintes dès le premier mois, pour d’autres il faudra attendre plusieurs mois voire des années. Certains parents vont devoir passer par des étapes compliquées et douloureuses, telles que les FIV, inséminations, dons d’ovocytes, adoption, etc.
Un jour, le test de grossesse est enfin positif et plusieurs sentiments peuvent se mélanger : la joie, la peur, l’angoisse, l’euphorie … On s’aperçoit que nos recherches sur internet et nos lectures changent radicalement, on commence à s’inscrire à des newsletters, on télécharge des applications qui nous expliquent chaque semaine ce qui se passe au niveau utérin et du développement de l’enfant. Les virées shopping des mamans deviennent différentes, on doit renoncer à notre jean préféré, et se diriger vers des tailles élastiques. Les sorties avec les copines en buvant des jus de fruits finissent beaucoup plut tôt.
Notre physique change, des sensations de nausées, de la fatigue qui arrive comme un coup de tonnerre, notre centre de gravité qui n’est plus le même, ne plus arriver à mettre du vernis sur les pieds ou lacer des chaussures. Le mental peut devenir différent aussi, une humeur labile, des angoisses qui empêchent de dormir comme quand on ne sent plus bouger bébé depuis quelques heures.
A la fin du 2ème trimestre, le couple que nous étions commence à s’identifier en tant que parent, on va choisir la chambre, la poussette, le transat … Tout ça devient plus concret, et pourtant à ce stade il est quasi impossible de savoir comment la suite va se dérouler, on ne peut que l’imaginer.

Du rôle de parent imaginé à la réalité

Nous avons projeté mentalement notre bébé, comment il serait physiquement, son caractère.. Certains parents étaient persuadés qu’ils seraient comme ci ou comme ça. Quand nous voyons des parents avec enfants dans la rue, on se dit « moi jamais un truc pareil ne se passera » ou encore « j’aimerai être comme cela ».
Et puis notre enfant arrive enfin et là encore, on ne maîtrise rien, bébé arrivera quand ce sera le moment pour lui, et on attend.
La naissance c’est un tsunami émotionnel qui nous submerge. Certains parents ont conscience subitement qu’un petit être va être dépendant d’eux, et que toute leur vie sera motivée pour son bien-être, qu’il ne manque de rien etc. Cela peut être source d’angoisses avec la crainte de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur. Dès ce moment-là une écoute empathique, bienveillante et rassurante d’un psychologue pour quelques séances, peut vous apaiser.

Parents mode d’emploi

Il n’y a aucun manuel pour apprendre à devenir parent. D’ailleurs c’est finalement assez logique. S’il existait, cela sous tendrait l’idée qu’une méthodologie universelle pourrait fonctionner. Cela ne pourrait pas prendre en compte la spécificité de chaque adulte, chaque parent, chaque enfant, chaque environnement, chaque civilisation, etc .
Alors nous progressons tous avec le temps, c’est au contact de nos enfants que nous apprenons chaque jour de nos erreurs comme de nos réussites. L’éducation est une chose difficile, car elle est étroitement intriquée avec une multitude de facteurs. Tout d’abord l’éducation que nous avons reçue de nos parents joue un rôle. Soit on essaye de s’y référer et de la reproduire, soit au contraire nous nous attachons à faire justement à l’opposé.
Devenir parent nous renvoie à notre propre enfance avec ses souvenirs joyeux ou malheureux. On réalise des choses qui nous échappaient lorsque nous étions enfants face à des positions parentales, et on peut devenir plus indulgents et moins critiques ou le contraire.
Quand on devient parent, on a le souhait de bien faire, parfois de vouloir trop bien faire et c’est à ce moment qu’une pression insidieuse peut venir rythmer notre quotidien. Finalement la clé serait sans doute de parvenir à se dire que la perfection n’existe pas, que chacun fait comme il le peut, en fonction de sa personnalité, sa situation sociale, son histoire de couple, sa propre histoire personnelle, le tempérament de son enfant, etc. ..
Il est difficile de s’y retrouver entre les conseils lus dans les livres, les forums sur internet, les conseils des grands-parents, des amis, des collègues etc. C’est bien pour cela que lorsque vous rencontrez des difficultés dans votre métier de parent, qu’un accompagnement personnalisé par des psychologues peut être salvateur. Des professionnels qui sont là pour vous aider de façon ponctuelle en fonction de votre propre situation, avec bienveillance et neutralité est une solution efficace, et qui ne sort pas de votre cercle familial.

Les difficultés du quotidien

Le quotidien bien chargé que nous pouvons avoir, peut mettre à mal notre parentalité. En effet, il est bien difficile après une grosse journée de travail, d’être aussi patient que nous aimerions l’être. Quand notre enfant de 2 ans se roule par terre car il ne veut pas que l’on change sa couche, ou qu’il a des réactions disproportionnées qui nous échappe, souvent on s’énerve, on a juste envie qu’il obéisse et passer à autre chose. Il est difficile d’avoir le recul pour se dire, finalement si j’essayais de me mettre à la place de mon enfant, plutôt qu’à ma place de parent, est ce que je ferai les choses différemment. Nos enfants ne comprennent pas nos contraintes, nos stress, les horaires etc et c’est tant mieux pour eux, qu’ils profitent au maximum de cette insouciance et de cette légèreté.
Ensuite il y a des enfants qui manifestent à leur manière des choses qu’ils aimeraient nous dire de manière consciente ou inconsciente, ou des étapes de développement psychique qui se construisent sur un mauvais schéma. Les cas les plus typiques sont :
– les troubles de sommeil : endormissements, réveils nocturnes, ne vouloir dormir que dans le lit parental, ou que l’un des deux parents reste dans la chambre de l’enfant.
– la nourriture : refus de goûter des aliments.
– la propreté : ne pas vouloir aller aux toilettes, faire pipi au lit (énurésie).
– les manifestations comportementales : taper, crier, mordre, être dans l’opposition.
Toutes ces manifestations ont une explication psychologique, et c’est parce que vous aurez pu donner du sens grâce à des professionnels tels que Kidz et family, que vous aurez toutes les clés pour arranger les choses.

Répercussions sur le couple

Les difficultés que nous pouvons rencontrer avec nos enfants, ont des conséquences directes sur notre couple. N’importe quel parent qui a eu un enfant qui mettait 2 heures à s’endormir, ou qui se réveillait plusieurs fois par nuit, pourra vous dire que cela rend très irritable. Cela épuise, on arrive à un stade ou peu importe la solution tant que l’enfant redort enfin.

Alors on tente des choses, qui fonctionnent un temps, mais qui amènent à d’autres difficultés, d’autres mauvaises habitudes très difficile à défaire tout seuls. La conséquence de tout cela, que nous rencontrons le plus souvent, est celle des parents, qui n’ont plus de soirées à deux, qui ont oublié d’être un couple, et qui ne trouvent plus vraiment le temps de se poser pour discuter entre adultes. Et comme les relations intrafamiliales fonctionnent par ricochet, les enfants se disent que sans eux nous ne savons pas nous occuper, alors ils pensent bien faire en ne voulant jamais se séparer de nous ni le soir, ni la nuit.
Les enfants qui sont en plein Œdipe, se persuadent que leurs désirs inconscients vont se réaliser, alors que la sortie de cette période se caractérise justement par le renoncement de ces mêmes désirs.
Le couple peut aussi se disputer à cause de divergences de points de vues éducationnels. Un mari peut estimer que sa femme est devenue une mère poule, et qu’elle ne s’est concentrée que sur son rôle de maman, et il se sent délaissé. D’autres papas nous ont fait part de leur tristesse face à leurs épouses qui ne les laissaient pas prendre leur place de papa, qui ne pouvaient rien faire tout seul, sans être briefé avant, et qui finalement ont fini à contre cœur par prendre de la distance avec leurs enfants. Des mamans nous racontent être déçues que leur mari n’en fasse pas davantage. Elles étaient pourtant persuadées que le partage des tâches serait équitable, et elles ont l’impression de tout gérer, et commencent à fatiguer.
Les enfants sont des amplificateurs d’émotions, les joies comme les peines sont multipliées par 100. Il est très compliqué d’avoir de la distance quand il s’agit de nos propres enfants, ça paraît toujours plus simple chez les autres.

Apprendre à son enfant à être autonome

C’est à nous en tant que parent d’aider nos enfants, à traverser leurs différentes étapes de développement psychique. Il faut réussir à être présent, bienveillant, aimant, rassurant, pour qu’ils puissent avoir suffisamment confiance en eux, et être heureux même si nous ne sommes pas présents.
Un enfant rassuré, aura les ressources nécessaires pour accepter sans pleurs et déchirements la séparation de sa mère lorsqu’on le dépose à la crèche ou à l’école. Il saura s’endormir sans la présence de l’adulte à ses côtés, car il sait que ses parents seront là s’il fait un cauchemar par exemple. Le pendant étant, au cas où j’ai peur, au cas où je ferai un cauchemar, je préfère ne pas m’endormir tout seul. Dans ce cas précis, l’enfant ne sait pas qu’il serait capable de faire autrement.
Apprendre l’autonomie à ses enfants, pour un jour être prêt à prendre leur envol, n’est pas toujours aisé. Certains parents selon leur vision, ce qui se joue dans leur rôle de parent, ont du mal à voir leurs enfants grandir, et se détacher d’eux. C’est également dans ces moments-là qu’une aide d’un psychologue peut vous aider à comprendre ce qui fait écho dans votre propre histoire personnelle.

Parent une fonction à vie

Finalement, grâce à nos enfants, nous nous remettons toujours en question. Du nouveau-né à l’adolescence, chaque âge à ses joies et ses soucis. Certaines étapes vont se passer mieux que d’autres, mais chacune nous aura appris et fait évoluer.
Chaque parent va rencontrer des difficultés à un moment donné, elles sont censées être transitoires. Si cela n’est pas le cas, que les choses s’installent, que votre enfant ou votre couple semble en pâtir, c’est alors le moment de demander de l’aide.
La majorité des familles que nous rencontrons, nous disent qu’elles auraient dû nous appeler plus tôt. L’hésitation à demander de l’aide à fait s’installer plus durablement des mauvaises habitudes, la fatigue, les disputes.. . Il n’y a pas de fatalité, les choses peuvent toujours s’arranger.
Entre nos connaissances de la psychologie infantile, de la psychologie adulte, des outils méthodologiques concrets et personnalisés nous pourrons vous aider à retrouver une harmonie familiale.

Comment ça marche ?

Aurélie et Clémence peuvent se déplacer pour vous rencontrer à votre domicile ou bien vous recevoir à leur cabinet.

Une question, besoin d'aide ? N'hésitez pas